Expériences

Route de terre à la mer

Visites guidées

Route de terre à la mer … huit siècles d’histoire

    • JUILLET ET AOÛT 2018
      PROGRAMMÉ: 19h – 20.30h
      OUT ET BILLETS: BUREAU DE TOURISME

      VISITE GUIDÉE                       PRIX 3 EUR

      LUNDI (FRANÇAIS)
      MERCREDI (ANGLAIS)

Contactez-nous pour plus d'informations

Profitez de la "Route de terre à la mer ... huit siècles d'histoire"

Contacte Rutes - CAT

Église Santa Maria de Pineda

L’image actuelle de l’église de Santa Maria de Pineda correspond à la restauration faite par l’architecte Isidre Puig i Boada, en 1922. La première église a été consacrée en 1079, il y a plus de 900 ans. À l’époque romane, la paroisse de Santa Maria se trouvait sous l’autorité des seigneurs de Montpalau, et comprenait aussi Calella et Santa Susanna, dominant une population dispersée formée par différentes fermes. Pineda de Mar était connue comme La Pobla de Sa Boada, près de cette église et autour de l’ancien Camí Ral (chemin royal), un petit groupe de maisons y fut bâti.

Cette église a vécu des périodes prospères, mais aussi des périodes de danger et de guerres. Elle a souffert l’assaut de corsaires qui la pillèrent. Le plus grave provoqua un grand nombre de blessures, de kidnappes et de décès. Les habitants de Pineda, du Maresme et de toute la Catalogne, craignaient les attaques et les agressions des pirates ou des corsaires qui ont eu lieu au cours du XVIe siècle et jusqu’au dix-neuvième siècle. Ils venaient d’Afrique du Nord, essentiellement de la côte algérienne. Leurs raids ont été mobilisés sous l’Empire ottoman, et atteignirent l’Atlantique, et parfois même, la côte galicienne. La côte catalane et toute la Méditerranée devinrent un territoire très peu sûr.

Les villages comme Pineda, avec de vastes zones de culture près de la mer, peu d’altitude et les lumières de la côte, facilitèrent les attaques des corsaires. La côte du Maresme, qui manquait de défenses naturelles, conduisit à la construction d’un grand nombre de tours de guet et de fortifications dans différentes parties de la région. Des tours de guet et de défense comme celle de Sant Jaume, ou celles du château de Montpalau, complètent le paysage fortifié de Pineda.

Ermita-Sant-Antoni-web

Chapelle de Sant Antoni

Les pirates jetaient l’ancre des bateaux loin de la côte et s’approchaient à l’aide de petites embarcations. Chacune d’entre elles transportait dix à quinze hommes armés jusqu’aux dents et portait même des petits canons de campagne. Depuis les tours ou les lieux élevés, la vigilance de la mer était constante. Quand le danger menaçait, l’alarme se donnait à l’aide de feux (les pirates arrivaient habituellement tôt le matin), ou aussi en faisant sonner les cloches et le cor. À cet instant, les habitants fuyaient vers l’intérieur de la ville ou vers les montagnes et les fortifications.

La chapelle de Sant Antoni est située à la tête de la rue de Sant Antoni, l’ancien chemin royal, qui était autrefois la Via Augusta romaine. Cette rue, ainsi que la rue Ciutadans et la rue Major, constituaient le centre historique de Pineda jusqu’au 19ème siècle. C’était un lieu de passage emprunté par les habitants de Pineda et les voyageurs venus visiter la ville.

À cette époque-là, les maisons de la ville étaient toutes les mêmes, de même largeur, avec un rez-de-chaussée et un étage. Celles-ci, au cours des années, ont gagné en largeur et pouvaient avoir jusqu’à deux étages.

Ca-lHorta-i-Can-Guinart

C. Major / Plaça Catalunya

L’ouverture vers la mer, à l’époque moderne, fut la majeure transformation que les villes de la côte du Maresme ont subi, renforçant ainsi l’économie de subsistance qui leur étaient pourvue par l’agriculture, le commerce maritime et la pêche.

Les attaques des pirates, ou du moins la peur de celles-ci, firent que les villages du Maresme ne se développèrent guère loin des centres historiques éloignés des côtes.

Creu-Terme-Can-Quintana-destacada

Croix de chemin de Can Quintana

Les croix de chemin étaient des jalons qui marquaient les limites territoriales de la paroisse. Elles se plaçaient, à l’accoutumée, à l’entrée de certains bourgs mais aussi sur le bas-côté des routes.

La  croix de Can Quintana date du XIVe siècle. Pineda n’était encore que La Pobla de sa Boada, et la ville se limitait à guère plus que l’église et des fermes dispersées. Mais cette croix ne se trouve pas actuellement à sa place d’origine, puisque la famille de Can Quintana l’a caché pendant la guerre civile. Elle porte l’image du Christ crucifié et de la Vierge Marie avec l’Enfant Jésus.

Historiquement, la population de Pineda se consacre à l’agriculture et à la pêche. Un petit quartier de pêcheurs se forme au bout de la rue de la mer appelée le Raval de Mar.  Les artisans prolifèrent à Pineda, les ouvriers, les tricoteuses de lin, les transporteurs, les fabricants de tonneaux de vin, etc. La base de l’agriculture sont les céréales, les vignes, les oliviers, le chanvre et le lin. Certaines maisons agrandissent la rue principale et changent l’image médiévale qu’elle avait jusque-là en construisant des maisons à rez-de-chaussée et deux étages qui, depuis lors, devinrent la tendance à suivre. Les maisons les plus majestueuses commencent à apparaître.

Le maire Serra i Moret (1914-1923) a été l’un des moteurs de l’urbanisme au XXe siècle à Pineda et, grâce à lui, certains des bâtiments les plus emblématiques de l’époque ont été construits.

Biblioteca Serra i Moret

Bibliothèque Serra i Moret

Vers la fin du XIXe et le début du XXe siècles, Pineda connaît une énorme transformation. Du vieux centre historique nous passons à une nouvelle Pineda, avec plus d’habitants et de nouveaux besoins.

L’arrivée du chemin de fer a facilité que les riches, la bourgeoisie industrielle, choisissent Pineda pour la période estivale et les loisirs.

La croissance de Pineda dans ces premières années du vingtième siècle est considérable, en 1922, coïncidant avec l’inauguration de la bibliothèque, Pineda avait 2100 habitants, et en 1940 il y en avait déjà 3000.

Carrer de Mar


La rue de Mar était déjà le chemin de passage et de transport de marchandises au XVe siècle. Elle rattachait la mer et les terres. Au fil du temps, elle devint une promenade d’identité marquée.

ajuntament-pineda-de-mar

Plaça de Catalunya

Cette place marque les origines et l’évolution de la ville. Au 15ème siècle, on y trouvait le marché hebdomadaire et l’auberge. Les gens qui transportaient des marchandises de la mer y arrivaient car c’était le point d’union entre la mer et la terre.

Le bâtiment de l’hôtel de ville a été réhabilité par Isidre Puig i Boadas en 1917. Il a été construit pour remplacer le vieil hôtel de ville du 18ème siècle. À cette époque-là, dans le même bâtiment, nous pouvions y trouver, en plus de la mairie, la boucherie, la boulangerie, l’auberge et la prison.