Expériences

Canal de la rivière d’Hortsavinyà – Montagnes de l’Espinal – Chemin dels Matxos

Nature, Routes de montagne

Canal de la rivière d’Hortsavinyà – Montagnes de l’Espinal – Chemin dels Matxos

Le cadre de cette route est fondamentalement le même que celui de l’itinéraire numéro 3, mais il est fait dans la direction contraire, et en changeant le Chemin de les Costes par les montagnes de l’Espinal. Curieusement, les randonneurs savent très bien que le même chemin en la direction contraire est un chemin très différent.

Fiche technique:

Difficulté: Moyenne
Dénivelé positif: 500 m
Kilomètres: 13 km
Durée: 3 h 38 min.

0h00
Nous prendrons la piste qui remonte parallèlement au cours d’eau.

0:03 h
Faire attention, il faut prendre la première bifurcation qui monte à droite, en passant devant la cour d’une maison. Ensuite, nous trouverons la rivière que nous borderons, en compagnie des platanes et des peupliers.

0:08 h
Nous traversons la rivière en suivant le chemin qui monte maintenant de l’autre côté en laissant derrière nous les voies sur notre gauche.

0:17 h
Nous retournons à la rivière, puis nous arrivons aux importantes ruines du moulin à farine de Can Mas, qui se trouvent à droite du chemin qui continue son ascension en amont.

0:21 h
Attention à l’embranchement que nous avons sur notre gauche où nous traverserons la rivière et pénétrerons dans le canal de Sot de l’Aram, où se versent les eaux des bassins du Rupit, Nogueres, Indias, Laurel, Canyamars et de Grimola, le transformant en l’affluent le plus important de la rivière de Pineda.

0:22 h
Nous traversons le canal et à gauche nous trouvons l’embouchure de la grotte d’Aram (de cuivre), d’environ 30 m de profondeur, une ancienne exploitation minière de ce métal. Si vous y entrez avec une lampe de poche, vous pourrez observer les veines verdâtres du minéral. Cette mine est celle qui a donné son nom à la totalité du site.
Nous quitterons la grotte et continuerons à longer le canal par un chemin d’une végétation luxuriante avec de nombreuses ronces.

0:31 h
Nous traversons le canal à nouveau. D’ici nous passerons par où l’on pourra, quelques fois le long de la rive et d’autres fois à travers le canal. Nous devons garder à l’esprit que les inondations changent constamment le cours du chemin.

0:57 h
La rive du canal s’ouvre brusquement sur la droite, formant une clairière, en forme de carré, présidée par quelques noisetiers. Nous Irons y saluer la Vierge Marie. D’un côté de cette plaine, près du canal, sur un tronc décapité, nous trouverons une petite chapelle avec une image que nous pourrions baptiser comme « Nuestra Señora del Aram ». Cette chapelle est également un refuge pour les animaux sauvages, tels que les belettes, puisque l’on y observe souvent leurs excréments. Cet endroit est aussi le point de confluence des bassins de Nogueras qui sont à sa droite.
Nous allons descendre vers le canal d’où nous sommes venus et nous continuerons à le remonter. À partir de là, tous les chemins disparaissent. Le seul passage sera le propre canal, quasiment toujours praticable, sauf les jours suivants aux pluies torrentielles, où son utilisation est fortement déconseillé à cause des eaux abondantes qui s’y déversent.
C’est là que commence la partie la plus spéciale du canal, où les gorges d’Aram (de cuivre) nous montre toute leur beauté sauvage. À certains endroits, elles sont si encaissées que les rayons du soleil n’y pénètrent jamais. Le lit à travers lequel l’eau s’écoule se compose de roches qui ont été polies au cours des siècles. Les arbres, principalement des aulnes noirs et des peupliers, s’élèvent vers le ciel à la recherche du soleil, atteignant dans de nombreux cas les 30 m de hauteur.

01h18
Nous arrivons au point où le lit du canal est constitué exclusivement de roche, formant une gorge sculptée par l’action millénaire de l’eau. Il s’agit d’un endroit magnifique, mais d’accès difficile pendant la saison de pluies. En continuant à longer la partie la plus obscure du canal, celui-ci réaccueille le soleil et sa végétation s’enrichie de houx, de petit-houx, de lauriers et d’imposants exemplaires de la forêt riveraine. Le canal devient plus convivial et civilisé.

01h40
Nous rencontrons soudainement un chemin de terre parfaitement praticable par les voitures. Ici se termine le canal.
Nous devons clarifier une chose. Cet itinéraire peut être fait parfaitement avec la moitié des minutes que nous lui avons assignées. Mais le promeneur, pour jouir de la beauté du sentier, ralentit sa marche pour profiter de cette nature sauvage, peu foulé par l’homme et dont les belettes et les sangliers en sont les rois.
Maintenant nous allons commencer la deuxième partie de cet itinéraire, avec un parcours totalement opposé au premier, nous allons passer du fond ombragé au sommet plus ensoleillé.
Nous prenons la voie vers la gauche, qui commence à monter fortement, et après avoir passé deux courbes nous arrivons à la route de Calella, que nous prendrons en direction de la mer, pour rejoindre les Trois Termes, qui sont marqués d’une balise formée par une grosse pierre et une croix. À cet endroit, les municipalités de Pineda de Mar, Tordera et Sant Cebrià de Vallalta coïncident.

01h50
Situé à cet endroit, nous nous trouvons au pied de la colline de Saint-André, qui atteint les 378 mètres de haut et représente le point culminant de la chaîne de montagnes du Rupit. Nous allons prendre le chemin que se trouve devant nous: une route de transport forestier qui monte brusquement.

01h56
Bifurcation à droite, que nous prendrons pour monter directement au sommet.

2:02 h
Juste avant d’atteindre la crête, nous rencontrons une œuvre d’ingénierie sauvage que nous pourrions qualifier de spectaculaire. On sait que les sangliers ont l’habitude de se rouler dans la boue. Alors, ces animaux ont adopté cette zone de terre d’argile pour y construire jusqu’à sept baignoires, une à côté de l’autre, formant une zone de baignade commune unique dans tout le Montnegre. En marchant dans les bois, il est fréquent de rencontrer un sanglier, mais un ensemble comme celui-ci est absolument exceptionnel, et la rareté du site en vaut le détour. Enfin, nous arrivons à la crête, où nous trouvons une route large et agréable, et où nous observons souvent la présence de blaireaux, un des animaux qui enrichit la faune de ces forêts.

02h05
Nous arrivons à une petite colline, d’où nous pouvons voir, sur la gauche, le clocher de l’église de Sant Llop d’Hortsavinyà qui ressort au milieu de la forêt. Nous ignorerons la bifurcation sur le côté et nous continuerons par le centre de la crête.

2:08 h
Nous trouvons une cabane de chasseurs, bien équipée pour célébrer des collations de toutes sortes. Devant nous, nous observons la colline de la Torre, avec ses 361 mètres de haut, le deuxième point culminant de la chaîne de montagnes. Après quelques pas, nous quitterons la piste pour prendre un sentier qui grimpera jusqu’au sommet. Il s’agit d’un chemin peu pratiqué, sauf pendant la saison de chasse, où peu sont ceux qui s’y aventurent. Il est donc envahi para la végétation, et vous devrez vous frayer un chemin à travers les buissons de romarin, les steppes, la bruyère, le mastic, et les nombreux petit-houx, qui vous imprégneront de la forêt. Malgré les grands arbres, principalement des chênes, des arbousiers, des pins et des lièges, la route est praticable, car il n’y a pas beaucoup de ronces ou de salsepareille, les grands ennemis du randonneur.

02h29
Nous atteignons le sommet de la colline de la Torre. L’abondance de pierres que nous y trouvons suggère qu’elles pourraient provenir des ruines d’une vieille tour qui aurait donné son nom à cet endroit. De là, nous descendrons sans s’arrêter jusqu’à la rivière. Nous continuons sur un chemin qui descend vers la droite. C’est un chemin sans tracé clair, mais nous garderons constamment la crête comme point de repère. Si à un moment donné nous avons des doutes, nous choisirons toujours d’aller vers la droite, mais sans jamais quitter la crête, vers laquelle nous finirons toujours par revenir.

02h40
Sur le côté de la route, nous trouvons un point de chasse élevé. Il se compose d’une plate-forme faite de troncs située au-dessus de la cime des arbres, avec une échelle du même matériau pour y accéder. C’est une tour de guet destinée à la chasse des oiseaux, principalement les tords et les palombes. Nous continuerons à descendre la crête jusqu’à la fin du sentier, qui finalement tourne brusquement vers la gauche et débouche soudainement sur la fin d’une voie.

02h53
Nous prenons la voie.

02h54
Nous trouvons une bifurcation à droite que nous prenons.

02h55
Une autre bifurcation à droite où nous allons couper.

02h58
Encore une bifurcation sur la droite, que nous ignorerons cette fois-ci.

03:03 h
Bifurcation à droite que nous prendrons et de suite après une autre à gauche, qui descend près des ruines d’une maison.

03h05
Nous arrivons à Ca l’Amat. Nous suivrons le chemin privé qui passe près de la cour de la maison et, en longeant le bord d’une grande forêt de chênes, nous continuerons par ce chemin jusqu’à la clôture de l’entrée de la ferme.

3:07 h
Nous passons la clôture et traversons le canal de Sant Andreu puis la rivière de Pineda.

3h10
Nous arrivons à la plaine de Cal Capità, où nous avons laissé les voitures. Final du trajet.